Archives de la Catégorie : Programmation

Articles relatifs à la programmation

Platine électronique UART – I2C

 … Retour à la présentation du projet

Cet article présente le schéma électronique détaillé de la platine UART <=> I2C.

Ce schéma pourra servir à ceux qui souhaitent réaliser et mettre en œuvre cette platine pour PIC16 basée sur un pic16f648a dont le programme est disponible dans l’espace de téléchargement.

 

Figure 1-1 – Schéma détaillé de la Platine

 

Schéma électronique détaillé de la Platine pour PIC16

Sur le schéma électronique représenté ci-contre et réalisé avec le logiciel KiCad vous noterez :

1. L’universalité de la platine dans la mesure où d’autres périphériques I2C peuvent y être adjoints pourvu qu’il n’y ait pas de collision de définition des adresses de ces périphériques.

2. L’interface UART en +5 Volts sans adaptateur RS-232 inutile dans le cas d’une utilisation d’un Câble USB/Série ou de la Passerelle USB/série BOB-FT232R proposée par la revue Elektor.

3. La mise à disposition d’un connecteur ICSP™ avec les 3 signaux MCLR/, PGC et PGD permettant de programmer le PIC in-situ.

4. La présence d’un unique bouton SWITCH, hormis celui du RESET de la platine et de 3 Leds permettant de suivre l’évolution du programme comme suit et détaillée dans le source du programme s’exécutant dans le PIC16 :

  1. Led Verte clignotant à 2 Hz – 80% éteinte indiquant que le PIC16 est prêt à recevoir et à traiter une commande ou clignotant à 2 Hz – 20% éteinte indiquant qu’une commande est en cours de traitement.
  2. Led Orange indiquant que le périphérique I2C présente une donnée lue par le PIC16.
  3. Led Rouge fixe indiquant une erreur effaçable par le bouton SWITCH ou clignotant à 1 Hz – 50% éteinte indiquant une erreur fatale. Le code de l’erreur est présenté au prochain RESET de la platine.

 

Figure 1-2 – Prototype de la platine

 

Prototype de la platinepour PIC16

Sur le prototype de la platine pour PIC16 représenté ci-contre vous noterez :

1. La présence du pic16f648a cadencé à 4 MHz et des périphériques pilotés en I2C : le coprocesseur uM-FPU V3.1, l’eeprom série AT24C256 et l’afficheur du type SparkFun 7-Segment Serial Display – White sur lequel nous reviendrons pour sa présentation et son interfaçage en I2C.

2. La Passerelle USB/série BOB-FT232R qui assure l’alimentation en +5 Volts et la communication UART avec un terminal ou un programme.

 … Retour à la présentation du projet

Certificat pour signature d’une Applet Java

Lors du développement et du déploiement de l’applet Java proposée dans l’article Calculateur de fractions rationnelles, il nous est apparu intéressant de la signer afin que l’utilisateur puisse connaître l’origine de celle-ci. De plus, la politique sécuritaire de la Société Oracle préconise de signer les applets pour des raisons de transparence.

Maintenant, ce n’est pas parce qu’une applet est signée qu’elle est digne de confiance mais cela permet néanmoins à l’utilisateur d’en connaître un peu plus que pour une Applet non signée avec laquelle il ne saura même pas d’où elle provient (cf. l’article Que faire si une invite de sécurité est affichée par Java ?).

Pour signer une Applet, il faut générer un certificat au moyen de l’utilitaire keytool fourni avec le JDK au même niveau que la suite des binaires java, javac ou javadoc.

En savoir plus »

Instructions PIC16 (Enhanced Mid-Range)

Les instructions propres à la famille 8-bit PIC® Microcontrollers /  Enhanced Mid-Range sont décrites dans le Tableau 1 dans lequel il est indiqué, lorsque cela est applicable, l’équivalent avec les instructions de la famille 8-bit PIC® Microcontrollers / Mid-range ainsi que la description et des notes relatives à cette instruction.

Cet article s’adresse à ceux qui souhaitent migrer vers cette famille car elle apporte beaucoup d’améliorations en terme de souplesse et de performance comme :

  • Une optimisation du code facilitant tout compilateur C et donc un humain qui écrit en assembleur.
  • Une sauvegarde automatique des registres fondamentaux lors d’une interruption matérielle et leur  restauration tout aussi automatique à l’exécution de l’instruction RETFIE. De plus, 16 niveaux sont autorisés dans la pile d’appel de sous-routines (au lieu de 8 pour la famille Mid-Range) associés à une détection Overflow et Underflow.
  • Une gestion « linéaire » lors de la recopie de données au moyen des 2 registres FSR0 et FSR1 (File Select Registers).

 

Notice

On regrettera simplement l’absence d’une instruction de comparaison sans affecter le registre W qui oblige à une gymnastique d’écriture du code comme décrite dans l’article Opérations arithmétiques des PIC16.

En savoir plus »

Articles plus anciens «